Publié le par Andréanne Marquis

 

 

Tiens-tu un journal, toi ? 

 

Depuis toujours, j’adore écrire. Quand j’ai eu l’âge d’avoir mon premier journal intime, je le chérissais comme si c’était la chose la plus précieuse au monde. Je prenais soin d’y raconter chacune de mes journées en m’assurant toujours de prendre les plus beaux crayons, selon mon humeur. J’écrivais à propos de mes journées à l’école, de mes relations avec mes amies et ma famille, de mes peurs, de l’avenir… Parce que, oui, à 12 ans je réfléchissais déjà à ma vie d’adulte. J’écrivais même des histoires dans ce journal. Et cette habitude s’est perdue,  quelque part au secondaire. Mais quand 2017 a commencé, je me suis donné comme objectif de recommencer à tenir un journal. Un journal d’adulte où il est question d’émotions, de questionnements, de craintes, de succès, de beaux moments que je veux garder en souvenirs… Alors depuis le 3 janvier, j’écris à tous les jours et je prévois garder cette habitude toute l’année! Et j’ai envie de rendre cette habitude contagieuse en vous incitant à faire la même chose.

 

 

Que vous soyez des passionnées d’écriture ou non, je vous jure que la tenue d’un journal, c’est pour tout le monde. On a tous besoin de se vider la tête à la fin de la journée. On a tous besoin de mettre des émotions sur papier pour relativiser un peu et laisser sortir le méchant. On a tous besoin de sentir la pression tomber au fil des mots. On a tous besoin de faire le bilan, de se lancer des fleurs pour nos bons coups et de faire le point sur les moins bons coups. Écrire dans un journal, ça n’a aucune contrainte. On le fait pour nous, alors ce n’est pas grave de faire des erreurs d’orthographes ou d’écrire de longs paragraphes un peu confus. L’important, c’est de laisser notre tête nous dicter les mots qu’elle a envie de coucher sur papier.


Par contre, je suis consciente qu’écrire tous les jours peut entraîner son lot de stress et de pression. C’est pourquoi je le fais sans attente, sans objectif. J’écris pour moi seulement, en gardant en tête que mon journal a pour objectif d’être libérateur et non stressant. Il y a des jours où je noircis 4 pages comme il y a des jours où je n’écris que 3 phrases. L’important, c’est simplement de prendre le temps de se vider la tête à la fin de la journée pour un meilleur sommeil et une meilleure santé mentale en général.


Alors si vous avez envie de relever ce défi d’écrire tous les jours, n’hésitez pas une seule seconde et lancez-vous. Faites-le pour vous et simplement pour vous. Vous en ressentirez certainement plusieurs bénéfices!


À vos crayons!

 

Mélissa