WW - Le grand sevrage, ou perdre son iPhone un soir de pluie

WW - Le grand sevrage, ou perdre son iPhone un soir de pluie

août 21, 2016

 

 

Le grand sevrage, ou perdre son iPhone un soir de pluie

J’ai perdu mon téléphone et la partie de moi-même qui vit au 21e siècle.

 

Il y avait une alerte météo concernant de très fortes pluies et des vents violents, mais il fallait absolument que je fasse mon lavage. Un aller-retour au dépanneur pour quelques pièces de 1$ m’en a fait garrocher des centaines par les fenêtres lorsque mon téléphone cellulaire – mon précieux! – est tombé de ma poche vers de nouvelles aventures. Et c’est ainsi que j’ai passé le reste de la semaine à vivre comme en 1919, la grippe espagnole en moins.

 

« On ne réalise jamais ce qu’on a avant de l’avoir perdu », qu’ils disent. Je savais que je faisais une utilisation soutenue (c’est un euphémisme) de mon téléphone, mais je ne pensais pas en dépendre autant dans mes tâches quotidiennes. Pas d'iPhone = pas d’alarmes pour me lever le matin, pas d’itinéraire pour me rendre où je dois aller, pas d’Internet pour vérifier mon horaire de la journée. Et je m'y prends comment maintenant pour partager mes photos de bouffe, hein? Ça implique aussi un sentiment de vulnérabilité constant : je fais quoi si je me fais agresser sur le bord de la rue, si je me perds, si l'autobus dans lequel je suis fonce dans un semi-remorque, si je reste coincée dans un ascenseur? Je fais pitié, that's it.

 

 

Perdre son téléphone en 2016, c'est passer par toutes les étapes du deuil. D'abord, le choc, le déni. On refuse d'y croire, il doit bien être quelque part – mais non. Vient ensuite la colère, qui en fait ne sert qu'à enterrer notre sentiment de culpabilité. C'est pas joli! Une fois ces émotions contrôlées, on passe au marchandage et on négocie. On fait toutes sortes de promesses à l'univers, mais apparemment l'univers n'en a rien à faire que j'aille à l'église ou non. (Je remets en doute l'efficacité de cette étape.)

 

Le prochain stade est le plus pénible : la dépression. On meurt un peu à l'intérieur quand on réalise l'ampleur de la perte et surtout ce qu'il nous en coûtera pour la remplacer. On imagine notre ami téléphone emporté dans les égouts, ou subtilisé par un inconnu. Quelque part à Montréal, vagabondent mes informations bancaires et des photos de voyage que je ne retrouverai jamais. Vous comprendrez que l'étape de la dépression est intimement liée à celle de la panique générale. Même si elles se suivent, on est encore bien loin de l'acceptation.

 

« Dernière étape où l'endeuillé reprend du mieux », selon Wikipédia. Disons que le passage à l'acceptation est plus facile à effectuer quand on prend deux minutes pour mettre les choses en perspective. J'ai de la nourriture dans le frigo, des vêtements sur le dos et un toit sur la tête : les trois quarts de la planète n'ont pas cette chance. Je pense qu'on n'en a pas assez conscience. J'avais quand même pris le fait d'avoir un téléphone à 900$ pour acquis…

 

Même si c'est déstabilisant au départ, vivre sans téléphone permet de se concentrer sur ce qui est vraiment important. T'sais, c'est pas la fin du monde si je ne peux pas partager avec l'Internet ma pizza dont les pepperonis semblent en forme de cœur, ou si je ne suis pas à l'affût des derniers faits et gestes de mes centaines d'amis virtuels. On reporte notre attention sur le moment présent. C'est sûr qu'on se sent un peu déconnecté du monde extérieur, mais c'est correct de temps en temps.

 

En fait, je n'hésiterais pas à refaire une cure détox techno dans le futur. J'aimerais juste que ça soit de mon plein gré cette fois.

 

Julie Levasseur

 




Voir l'article entier

WW - 3 façons de célébrer l'automne
WW - 3 façons de célébrer l'automne

octobre 25, 2017

 

J’ai des rituels estivaux, des rituels pour les Fêtes, des rituels de renouveau au printemps… mais mes rituels de l’automne demeurent les plus puissants. Je vous présente donc trois façons très différentes, mais toutes aussi magiques, de célébrer l’automne.

Voir l'article entier

WW- On teste des masques pour le visage… Ça passe ou ça casse! Partie 1 de 2
WW- On teste des masques pour le visage… Ça passe ou ça casse! Partie 1 de 2

octobre 13, 2017

 

 Je suis une fan de masques pour le visage et j’en ai testés beaucoup depuis que j’en utilise. Je vous avoue par contre que ce ne sont pas tous des coups de cœur pour moi, mais tsé, à la quantité que je teste c’est des choses qui peuvent arriver. Certains donnent des résultats super, alors que d’autres ne contribuent pas vraiment à améliorer ma peau.

Voir l'article entier

WW - L'entreprenariat, une question de feeling et d'avocats
WW - L'entreprenariat, une question de feeling et d'avocats

septembre 25, 2017

« S'il y a une leçon à retenir, c'est qu'il ne faut pas avoir d'orgueil et poser toutes les questions qu'on peut avoir », affirme l'entrepreneure. Sa devise personnelle: « Pour aller au top, il faut s'entourer des tops. »

Voir l'article entier