WW - Freiner sec

WW - Freiner sec

mai 05, 2017

 

 

Freiner sec


Vivre à 120 km/h et s'arrêter d'un coup, ça a tendance à déraper.


Dans les dernières semaines, j'ai commencé trois textes sans jamais aller plus loin que les deux premiers paragraphes. Même pas de titres. J'ai été en partie occupée, mais j'ai été surtout occupée par rien. Une page blanche à l'écran comme dans ma tête.


Je suis venue à bout d'un gros rush de travail, puis je me suis retrouvée désemparée face au vide sur ma to-do list. Trop habituée à courir, voire ramper tant bien que mal pour tout faire à temps, pendant trop longtemps. Freiner sec, ça fait perdre l'équilibre. Ça fait peur.


Du temps libre? Impossible. Il doit bien y avoir quelque chose que j'oublie, une tâche qui traîne quelque part, cachée entre les coussins du divan comme chaque bobby pin que j'ai jamais eue en ma possession. Quelque chose à faire, n'importe quoi (s'il-vous-plaît). J'ai oublié ce que je fais quand on ne m'impose rien. Mon plein gré, il passe le temps comment déjà?

 


« Mamaaaaaan, j'ai rien à faireeeeee... » Je ne saurais dire le nombre de fois que ma jeune personne a prononcé ces mots. L'ennui, ce mal existentiel. Il y a quand même 24 heures dans une journée, ça fait beaucoup à combler. Pourtant, je passe des semaines dans l'espérance de cet instant où j'aurai tout coché, et... c'est tout. On recommence quand? (Sachant qu'aussitôt j'aurai hâte de finir.)


Avancer ainsi à reculons, évidemment, ça ne mène nulle part. Peut-être que si on conjuguait la liberté au présent plutôt qu'au futur – supposant que ça soit un verbe – on n'aurait pas ce problème. S'accorder un peu de « rien » chaque jour, histoire de mieux l'apprivoiser. Les bouts intenses sembleraient moins pénibles, et on saurait déjà comment gérer les trous dans notre horaire lorsqu'il se vide.


Je ne sais même pas après quoi je cours, de toute façon. À la ligne d'arrivée, aucune révélation divine ni sentiment de satisfaction extraordinaire accompagné de la certitude de pouvoir tout accomplir. Et je n'ai même pas profité de la vue pendant le marathon. Vivre dans l'attente, c'est vivre juste à moitié. En plus, ça ne fait que mettre davantage de pression sur la période tant espérée. On ne veut pas ça. Optons donc pour moins de stress avant, pendant et après le break. « Vacancer » au quotidien m'évitera peut-être d'être complètement désorientée la prochaine fois que je tombe en congé.


Pas besoin d'enfoncer la pédale de frein si on roule d'avance à une vitesse stable.


Conduisez prudemment, là!


Julie Levasseur

 




Voir l'article entier

WW - 3 façons de célébrer l'automne
WW - 3 façons de célébrer l'automne

octobre 25, 2017

 

J’ai des rituels estivaux, des rituels pour les Fêtes, des rituels de renouveau au printemps… mais mes rituels de l’automne demeurent les plus puissants. Je vous présente donc trois façons très différentes, mais toutes aussi magiques, de célébrer l’automne.

Voir l'article entier

WW- On teste des masques pour le visage… Ça passe ou ça casse! Partie 1 de 2
WW- On teste des masques pour le visage… Ça passe ou ça casse! Partie 1 de 2

octobre 13, 2017

 

 Je suis une fan de masques pour le visage et j’en ai testés beaucoup depuis que j’en utilise. Je vous avoue par contre que ce ne sont pas tous des coups de cœur pour moi, mais tsé, à la quantité que je teste c’est des choses qui peuvent arriver. Certains donnent des résultats super, alors que d’autres ne contribuent pas vraiment à améliorer ma peau.

Voir l'article entier

WW - L'entreprenariat, une question de feeling et d'avocats
WW - L'entreprenariat, une question de feeling et d'avocats

septembre 25, 2017

« S'il y a une leçon à retenir, c'est qu'il ne faut pas avoir d'orgueil et poser toutes les questions qu'on peut avoir », affirme l'entrepreneure. Sa devise personnelle: « Pour aller au top, il faut s'entourer des tops. »

Voir l'article entier