WW - Entre le vouloir et le pouvoir

WW - Entre le vouloir et le pouvoir

novembre 21, 2016

 

 

Entre le vouloir et le pouvoir

 

Fin primaire et début secondaire, ça prenait tout à ma mère pour arriver à me faire porter autre chose que des vêtements aux couleurs neutres. À un âge de toute petite fille, j’en avais pas des envies de choisir du linge et de l’agencer. Je la laissais faire, je portais ce qu’on me pointait dans la garde-robe. Mais arrive un moment où ça te tente de commencer à essayer d’avoir un minimum de début de contrôle. Le début d’un long calvaire à s’opposer à tout pour absolument aucune raison.

Je voulais rien savoir des pantalons en velours côtelé et des cols roulés : j’étais pire qu’un mal de ventre quand elle me les proposait. Et que dire du jaune, du bleu, du rose et du mauve... C’était beau, mais ça me disait tellement rien. Porter des jupes et des collants? Oubliez ça. Je voulais me fondre dans la masse je pense.

Encore désolée, ma petite mom.

 

 

Quand je regarde en arrière, mes kits étaient plus beaux quand elle les choisissait. On va se le dire, mon secondaire est un échec vestimentaire. Mais à ce moment-là, j’étais bien faut croire.

Aujourd’hui, c’est le monde à l’envers. À 21 ans, je fais ce qui m’énervait le plus à 12 ans; je demande à ma mère de m’accompagner pour magasiner. Je porte des morceaux en velours, des collants, des jupes, des cols roulés. J’arbore le orange, le jaune, le bourgogne.

On rit quand on dit que c’est ma styliste personnelle, mais sérieux, c’est quasiment ça. J’ai envie qu’elle m’aide à fouiller le centre d’achat avec son chandail «shopping is my cardio». D’ailleurs, tu le sais pas encore, mais faut aller m’acheter une robe pour mon party de noël maman.

Parlant de sortie, j’ai décliné une invitation l’autre jour. Une invitation à faire autre chose que ce que j’avais planifié.

J’étais chez moi, à rien faire. J’étais fatiguée, j’avais pas envie de quitter la maison. Pourtant, il y a deux semaines, j’aurais accepté une demande pour aller nager à reculons sur le dos dans le fleuve tellement je voulais m’activer et sortir de chez moi.

Alors j’ai dit ça à l’autre : «Désolée, je peux pas.»

C’était vrai et pas vrai.

Je pouvais troquer mon pyjama pour un style sortable et aller rejoindre l’autre. Mais je voulais pas, mon corps était pas d’accord. L’envie y était pas. Exactement comme quand ma mère me proposait de porter l’ensemble pantalon de velours et col roulé. À la différence qu’enfant, j’avais pas de misère à dire la vraie affaire.

Maintenant, j’ai l’impression qu’on oscille entre le pouvoir et le vouloir, avec une grosse misère à utiliser le verbe le plus exact.

 

Maude.

 




Voir l'article entier

WW - 3 façons de célébrer l'automne
WW - 3 façons de célébrer l'automne

octobre 25, 2017

 

J’ai des rituels estivaux, des rituels pour les Fêtes, des rituels de renouveau au printemps… mais mes rituels de l’automne demeurent les plus puissants. Je vous présente donc trois façons très différentes, mais toutes aussi magiques, de célébrer l’automne.

Voir l'article entier

WW- On teste des masques pour le visage… Ça passe ou ça casse! Partie 1 de 2
WW- On teste des masques pour le visage… Ça passe ou ça casse! Partie 1 de 2

octobre 13, 2017

 

 Je suis une fan de masques pour le visage et j’en ai testés beaucoup depuis que j’en utilise. Je vous avoue par contre que ce ne sont pas tous des coups de cœur pour moi, mais tsé, à la quantité que je teste c’est des choses qui peuvent arriver. Certains donnent des résultats super, alors que d’autres ne contribuent pas vraiment à améliorer ma peau.

Voir l'article entier

WW - L'entreprenariat, une question de feeling et d'avocats
WW - L'entreprenariat, une question de feeling et d'avocats

septembre 25, 2017

« S'il y a une leçon à retenir, c'est qu'il ne faut pas avoir d'orgueil et poser toutes les questions qu'on peut avoir », affirme l'entrepreneure. Sa devise personnelle: « Pour aller au top, il faut s'entourer des tops. »

Voir l'article entier