WW - Atteindre son point de rupture

WW - Atteindre son point de rupture

octobre 23, 2016

 

 

Atteindre son point de rupture

 

La routine, ça a quelque chose de réconfortant. Quand t’arrives à tous les matins au travail et que tu te prends un bon café pour commencer la journée, ou que tu finis la semaine avec une bonne coupe de vin rouge, tranquille, à la maison.

Ça devient mécanique, à la limite d’être un TOC, sans même que tu t’en rendes compte. Chacun de mes matins est différent, mais ressemble au précédent.

C’est répétitif, ça revient encore et encore, comme le refrain d’une chanson. Si tu aimes la chanson, tout va pour le mieux. Mais quand tu es prise dans un refrain qui te rends malheureuse, sans trop savoir pourquoi, sans même pouvoir changer ladite chanson, ça devient un problème. Tu arrêtes de chanter, tu ne fais qu’écouter. Autrement dis, tu subis.

Au même titre que mon café du matin et mon vin du vendredi, les relations jetables sont si récurrentes dans ma vie que ça en est devenu la routine. Et je te le dis tout suite : non, ça ne me fait pas triper, mais pas pantoute. J’ai même atteint ma limite.

C’est quoi une relation jetable? Moi je te décrierais ça comme un cycle préprogrammé sur une laveuse. Les réglages sont déjà choisis, tout ce qu’il reste à faire c’est de peser sur le piton. Le hic, c’est que ce n’est jamais toi qui appuie sur le fameux bouton. Le cycle part automatiquement, sans même que tu en prennes connaissance. Tu rencontres quelqu’un, c’est un gros coup de cœur des deux côtés, c’est beau, c’est le fun, la vie est belle et BAM!, ça t’éclate dans les mains. Un mois maximum et l’autre se pousse. Parce qu’un mois intense qui se termine aussi vite qu’il a commencé est bien mieux que... que quoi? Que de voir si ça peut fonctionner sur le long terme? C’est mieux de finir ça pendant que c’est agréable, juste au cas où les sentiments décideraient de se pousser au lieu de rester au bout de quelques mois?

 

Moi, rendue là, je laisse l’autre faire. Pourquoi retenir une personne qui a déjà pris sa décision et qui part à la course aussi vite que Forrest Gump une fois qu’elle t’en a fait part? Elle a mieux à faire; toi aussi. Donc à chaque fois tu encaisses, en silence plus souvent qu’autrement. Tu te sens quasiment mal : tu en es à te demander si tu t’es imaginé des affaires. Est-ce que j’ai surévalué tout ce qui s’est passé? C’est peut-être moi qui me créé des illusions dans le fond? Est-ce que même si c’était « juste ça », je peux avoir de la peine?

Puis, quand tu rencontres une nouvelle belle personne, une fois aux cent ans mettons, tu te réembarques tête baissée malgré tout. La dernière chose que tu veux, c’est t’empêcher de vivre du beau à cause de tes mauvaises expériences passées. Se priver d’une belle aventure par peur de tomber encore une fois, ce n’est pas ton genre. En plus d’être du type jackass, tu ne veux surtout pas faire subir tes blessures à l’autre non plus. Donc tu te jettes : y’arrivera ce qui arrivera. Qui ne tente rien n’a rien. Si tu n’essayes pas tu ne sauras jamais. En veux-tu des phrases de motivation? En v’là!

Mais bien évidemment, le cycle de laveuse préprogrammé reprend. Encore une fois. Mais là, c’est différent. C’est la fois de trop. Même si le scénario est presque un copié-collé de la fois d’avant, ça te rentre dedans comme un dix-roues.

Une série de petits échecs, c’est traître. Ça use à la longue. Jusque-là tu te plantais, tu te relevais, tu passais à autre chose. Pour chaque centimètre de déchirure de plus à ta plaie au cœur, un nouveau point de suture venait à la rescousse. Mais pas là.

Tu as le cœur écorché à vif, comme si les sutures qui tenaient depuis tellement longtemps ont décidé de lâcher tout d’un coup. Une pichenotte ou un coup de poing auraient eu le même effet : tu l’aurais reçu comme un coup de pelle en pleine face parce que tu as atteint ton point de rupture.

Tu comprends pas trop pourquoi, parce que crime, c'est pas pire que les autres fois?! Pis tu le sais, que c'est pas la fin du monde, tu le sais VRAIMENT. Tu le sais qu’il y a des affaires bien pires que ça, tu le sais TELLEMENT. Mais tu ne peux pas t'empêcher d’avoir le cœur gros, les yeux pleins d’eau. Tu as accumulé depuis tellement longtemps qu’il n’y a désormais plus d'espace pour entreposer ton nouveau flot d'émotions. La routine de guérison n’emboîte pas le pas, et c’est déstabilisant. Dire que tu t’en fous et que ce n’est pas grave, que tu n’as pas d’énergie à perdre à pleurer ou maudire une relation, ça ne fonctionne pas.

Toutes les fois où tu l’as fait te rattrapent. À force d’étirer l’élastique, normal qu’à un moment donné il te pète en pleine face : c’est le point de rupture, un point de non retour.

Encore une fois, on t’a claqué la porte au nez en te disant que ce n’était pas toi le problème. Tu te poses des questions que tu sais impertinentes, mais tu ne peux t’empêcher de le faire. Est-ce que je suis trop, ou pas assez? Pourquoi il y a toujours une meilleure option que moi, quelque part ailleurs? Qu’est-ce que je fais de mal que personne n’ose me dire? Tu te demandes quand est-ce que quelqu’un va vouloir te laisser entrer. Tu sais que tu auras beau cogner à toutes les portes, si personne ne veut t’ouvrir et que tu n’as pas de clé, tu vas sécher sur le pas de la porte.

Je n’ai aucune morale à te faire, aucun remède à te proposer. Je me suis juste dis que peut-être que toi aussi, tu vis ça en ce moment : un bout de vie où tu as beaucoup de « pourquoi » dans la tête et une faille en plein cœur. Je me suis dis que peut-être ça t’aiderait, que quelqu’un mette des mots là-dessus.

Si je peux me permettre, je vais juste te dire une chose que tu peux faire. Je peux? Continue d’être toi à 100 %. Ne perds pas d’énergie à essayer de changer : ceux qui t'ont déjà à leurs côtés ne veulent que du toi actuel, et ceux qui ne te connaissent pas encore te cherchent sans le savoir. 

 

Maude.

 

 




Voir l'article entier

WW - 3 façons de célébrer l'automne
WW - 3 façons de célébrer l'automne

octobre 25, 2017

 

J’ai des rituels estivaux, des rituels pour les Fêtes, des rituels de renouveau au printemps… mais mes rituels de l’automne demeurent les plus puissants. Je vous présente donc trois façons très différentes, mais toutes aussi magiques, de célébrer l’automne.

Voir l'article entier

WW- On teste des masques pour le visage… Ça passe ou ça casse! Partie 1 de 2
WW- On teste des masques pour le visage… Ça passe ou ça casse! Partie 1 de 2

octobre 13, 2017

 

 Je suis une fan de masques pour le visage et j’en ai testés beaucoup depuis que j’en utilise. Je vous avoue par contre que ce ne sont pas tous des coups de cœur pour moi, mais tsé, à la quantité que je teste c’est des choses qui peuvent arriver. Certains donnent des résultats super, alors que d’autres ne contribuent pas vraiment à améliorer ma peau.

Voir l'article entier

WW - L'entreprenariat, une question de feeling et d'avocats
WW - L'entreprenariat, une question de feeling et d'avocats

septembre 25, 2017

« S'il y a une leçon à retenir, c'est qu'il ne faut pas avoir d'orgueil et poser toutes les questions qu'on peut avoir », affirme l'entrepreneure. Sa devise personnelle: « Pour aller au top, il faut s'entourer des tops. »

Voir l'article entier