Publié le par Andréanne Marquis

 

Une Womance au chalet
 
Pas de wi-fi, un poêle à bois, la neige qui tombe doucement, le stress disparaît.

 

Je passe sous les bouleaux lourds de neige dans le chemin de terre qui mène au chalet. 

C’est d’une beauté! Les arbres recourbés par-dessus la route sous le poids de la neige, les phares de l’auto qui éclairent la forêt… un peu de magie devant mes yeux. Enfin.

C’est le temps des fêtes. C’est le temps de s’arrêter un peu. 

 

Avec ma petite famille on passe deux semaines à Québec, puisqu’on vient de là. Ça nous permet de voir les gens qu’on aime et qu’on n’a pas le temps de voir pendant l’année. C’est vrai que quand on y pense, on est moins présents pour nos amis et nos familles. Ma nièce a passé plus de temps à voir son oncle à la télévision qu’en personne cet été. Elle avait ses rendez-vous le samedi midi et le lundi soir avec lui devant l’écran. 

En contrepartie, quand on est là, on est vraiment là. Assis parterre dans le salon à lancer des ballons et s’inventer des jeux, Noël, c’est le temps de se rouler sur le plancher et de mettre des déguisements absurdes pour faire rire les troupes. On fait des biscuits et on écoute des films d’enfants en pyjama tout un après-midi, on s’aime et on se le dit.

Hier après le souper, il faisait super noir. On a habillé les enfants et on est partis marcher dans le bois. Le petit bien emmitoufflé, assis dans son traîneau, et la grande qui nous éclairait avec son sabre au laser de Star Wars. C’est un peu ça, la magie de la famille : manger du pâté chinois, faire semblant d’être des « Jedi » et se coller devant un feu de bois ou un DVD de La petite vie sans se soucier de la business.

 

 

Pas de wi-fi, ça fait une maudite bonne raison pour ne pas travailler devant l’ordi après le souper… On joue plus avec les enfants et quand ils sont couchés on a le temps de se parler, on le prend. Parce que ça demande de prendre un certain temps « s’aimer ». Et le temps, il va tellement vite en général que dans le bout du rang, dans le fond du bois, j’ai trouvé ça pas mal pratique qu’Internet ne se rende pas. 

On vit à 100 à l’heure et il n’est pas question de choisir entre les affaires et la famille. Au bout du rang, dans le fond du bois, j’ai peut-être trouvé la solution pour concilier le travail et la famille. La solution pour nous et pour les « pas arrêtables » de ce monde, peut-être? Ça ne fera pas grimper les ventes, mais ça aide à construire la famille et resserrer nos liens à nous. 

 

Une ou deux journées sans wi-fi dans le temps des fêtes, ça ne ferait peut-être pas mal de à personne? Le temps de s’aimer sans écran ;)

 

Ariane, Womance, maman, belle-maman, entrepreneure au fond du bois pour les vacances.