'' Foncer ''

novembre 04, 2015

 

Foncer

 

Quand l’idée m’est venue de créer une boutique en ligne, je m’attendais à pas mal tout sauf ce que je vie présentement. Je ne pourrais pas vous pointer une raison précise, mais chose certaine, j’ai toujours été appelé par ce besoin de faire les choses par moi-même. J’ai toujours aimé cette idée de se construire une vie comme on la souhaite, du moins de ce qui s’y rapproche le plus. La boutique en ligne est née par un besoin de stabilité. Dans les dernières années où j’ai tenté de faire ce que je pouvais pour percer dans les médias, je me suis vite rendue compte que c’était un milieu tellement dur et tellement instable que je savais que même si on m’offrait le plus beau des contrats du monde, j’allais seulement angoisser à voir arriver la fin de celui-ci. Par contre, vous vous doutez que tout ne s’est pas fait d’un claquement de doigts. Je n’ai surtout pas choisi le domaine le plus certain : La vente de vêtements en ligne au Québec. Vous auriez du voir le visage des banquiers quand j’essayais de les convaincre que c’était vraiment une bonne idée de me prêter de l’argent. Ils me regardaient tous comme si j’étais la plus cute des naïves du monde. Par chance, il y en a un qui m’a trouvé moins naïve que le reste.

J’avais observé, comme toute grande rêveuse, tout ce qui allait être plaisant, notée quelques trucs déplaisants, j’avais fait un genre de bilan des différentes choses récurrentes qui allaient devoir être faites, mais sans plus. En fait, j’avais sous-estimé la grandeur du projet. J’ose croire que c’est pas mal le mur que tous les entrepreneurs heurtent à un certain moment.

 

 

Quand j’ai créé Womance, il était clair dans ma tête que je voulais tout savoir. Je voulais tout faire pour être certaine qu’au moment où j’allais devoir déléguer, j’allais comprendre exactement ce qui se passait. Autant que dans la vie je n’aime pas répondre aux questions : « dans quel resto on va ?» ou encore «qu’est-ce qu’on fait demain, il annonce supperrr beau ?», que pour le reste, j’aime tout contrôler/tout savoir. J’aime pouvoir savoir ce qui se passe. Ce qui occasionne, en affaires, des pours et des contres. J’essaie souvent de contrôler l’incontrôlable (je le sais déjà, mon père me le répète chaque jour que l’incontrôlable ne se contrôle pas). Et s’il y a bien quelque chose que l’on comprend vite en affaires, c’est qu’il y a une multitude de choses qui seront incontrôlables, comme le plus important, vous. On peut faire toutes les prévisions du monde, croiser 8 tableaux ensemble, c’est vous qui contrôlez tout.

Pour être franche, dans cette entreprise, je fais à peu près tout. Les changements de photos sur le site, les montages, les commandes, les achats, trouver les fournisseurs, envelopper vos commandes, gérer les réseaux sociaux, répondre à vos courriels, ne pas oublier de répondre à tous vos gentils messages, bref, je me prends souvent pour une super-Womance (sachez que se partir en affaires, c’est automatiquement devenir super-quelque chose).  Mais il faut aussi accepter de l’aide. Comme Jules Marcoux. Le gars, à 22 ans, il a déjà écrit son propre livre sur le marketing. Jules, c’est ce que j’appelle communément, une machine. Ce gars-là m’a montré, m’a appris, m’a rentré dans la tête : «Tu penses que ça va bien. Regardes comment ça peut aller encore mieux.». Ce gars-là a à lui seul, changé ma perception des affaires. Quand je lui présente une idée que je juge à la base complètement folle, un coup qu’il a passé dessus, je peux l’appeler 4 fois dans la journée : «T’es sur là? T’es sur que ça va passer ?». 

Parce qu’inévitablement, je ne peux pas tout faire et je ne peux surtout pas essayer de tout maitriser. Se lancer en affaires, c’est apprendre à se tromper, c’est assumer avoir pris le ou la mauvaise décision, c’est devenir meilleur ami avec l’insomnie et c’est aussi savoir s’attacher aux bonnes personnes pour mieux avancer. Aux bonnes personnes qui répondent à toutes tes questions stupides qui leur rappellent probablement les mêmes questions qu’ils se sont posées, il y a bien des années (mis à part Jules qui est, je pense, surnaturelle). 

Se partir en affaires c’est rempli de rebondissements, de joies, de stress et aussi de peines. C’est un mélange d’émotions qui me confirme que j’ai probablement pris la meilleure décision de toute ma vie. Et quand je me couche le soir, je suis fière. Vous me rendez vraiment fière de la jeune femme que je deviens. La vie peut faire mal par moment. Elle change vite, elle nous surprend pour le bien ou pour le mauvais, mais elle ne pourra jamais m’enlever la fierté d’avoir créé Womance. L’entrepreneuriat, ce n’est pas fait pour tout le monde. Vous n’êtes pas tous faits et faites pour cela donc cesser de vous comparer. Mais si vous trouvez que les semaines sont de plus en plus longues, que le travail est redondant, essayez donc d’optimiser ce qui vous rend fier. Si vous pensez que vous manquez de temps, vous allez vite voir que le temps apparaît quand on met en place un projet, aussi minime soit-il. On vit chacun à notre manière une vie qui nous plaît. Sachez simplement que rien ne dépend d’où vous venez, de la richesse de vos parents, de votre entourage, de vos moyens financiers, de votre situation ou encore de vos études. Tout dépend de vos valeurs. Ce seront ces valeurs qui porteront sur leurs épaules vos passions pour vous guider vers la réussite. Je l’ai mentionné dans mon dernier texte : Avec notre coeur, on échoue pas.

 

AM

 

 

 

Crédit photo : Alessandra Jennifer Ross




Voir l'article entier

WW - 3 façons de célébrer l'automne
WW - 3 façons de célébrer l'automne

octobre 25, 2017

 

J’ai des rituels estivaux, des rituels pour les Fêtes, des rituels de renouveau au printemps… mais mes rituels de l’automne demeurent les plus puissants. Je vous présente donc trois façons très différentes, mais toutes aussi magiques, de célébrer l’automne.

Voir l'article entier

WW- On teste des masques pour le visage… Ça passe ou ça casse! Partie 1 de 2
WW- On teste des masques pour le visage… Ça passe ou ça casse! Partie 1 de 2

octobre 13, 2017

 

 Je suis une fan de masques pour le visage et j’en ai testés beaucoup depuis que j’en utilise. Je vous avoue par contre que ce ne sont pas tous des coups de cœur pour moi, mais tsé, à la quantité que je teste c’est des choses qui peuvent arriver. Certains donnent des résultats super, alors que d’autres ne contribuent pas vraiment à améliorer ma peau.

Voir l'article entier

WW - L'entreprenariat, une question de feeling et d'avocats
WW - L'entreprenariat, une question de feeling et d'avocats

septembre 25, 2017

« S'il y a une leçon à retenir, c'est qu'il ne faut pas avoir d'orgueil et poser toutes les questions qu'on peut avoir », affirme l'entrepreneure. Sa devise personnelle: « Pour aller au top, il faut s'entourer des tops. »

Voir l'article entier