Publié le par Andréanne Marquis

 

Je me présente, Vicky, naturopathe volubile et enjouée. Complètement accro à mon boulot, je ne peux passer une journée sans me demander si tout le petit monde que je croise en consultation va bien! Je suis une passionnée de bonne nourriture, de lecture et d’écriture en lien avec la santé. Pour une rencontre en Naturopathie, de nombreux articles sur la vitalité et le bien-être, une multitudes de recettes savoureuses et pour ma bonne humeur contagieuse, vous pouvez toujours me suivre sur ma page Facebook ou encore visiter mon site internet. 

 

 

Biologique… ou pas?

 

Samedi, 9h20… Un jus vert fraîchement extrait dans une main, mon portable dans l’autre pour l’écriture d’un nouvel article, je m’assois sur mon balcon pour profiter des derniers moments chauds. J’ai toujours été du type multitâche, une vraie Womance dans le sang! 

C’est à ce moment que ma sœur se décide pour un appel surprise et me demande : «Vicky, en prenant mon café ce matin, je regardais mon lait d’amandes et, tout bonnement, je me suis demandée, c’est quoi la différence entre les trucs biologiques et ceux qui ne le sont pas?» Après cette discussion animée, je me suis dis qu’elle ne devait sûrement pas être la seule à se demander pourquoi acheter du Bio!

Tout d'abord, il y a le goût! Avez-vous déjà goûté à une carotte biologique ou sortie tout droit d'un jardin? Elle est sucrée, croquante, colorée et GOÛTE la carotte... pas comme les carottes produites en masse des supermarchés. Pourquoi? Tout simplement parce qu'elles ont eu l'opportunité de pousser lentement et ainsi de concentrer toutes leurs saveurs en contenant moins d'eau et plus de vitamines, de minéraux et de polyphénols. 

Ensuite, il y a les pesticides. Il est certain que le saut biologique n'assure pas l'absence totale de produits chimiques, puisqu'il y a toujours possibilité de contamination par l'eau, le vent ou la pollution. Par contre, l'agriculteur n'en utilise pas pour la production et c'est déjà extrêmement positif! Nous pouvons toujours retrouver des traces, mais ce ne sera jamais autant qu'en culture conventionnelle. 

Autre point à ne pas négliger : la culture biologique respecte Mère Nature! Elle ne contamine pas les réseaux fluviaux souterrains, ne détruit pas la biodiversité environnante et les sols restent riches en macronutriments et micro-organismes. 

Qu'en est-il des laits et viandes biologiques? Bonne question! Pour que l’élevage des vaches soit considéré biologique, les ruminants doivent aller, chaque jour, profiter du grand air et les fermes doivent respecter un code d’hygiène, d’aération et de luminosité. Aussi, les vaches produisant le lait doivent se nourrir seulement d’herbes et de céréales. Leur alimentation doit contenir très peu de maïs d’ensilage qui pourraient occasionner, par la suite, la prise d’antibiotiques. Finalement, les antibiotiques ne doivent pas être utilisés et, si c’est le cas, le lait sera retiré du circuit afin de ne pas en retrouver dans nos produits.


Les pesticides, les engrais, les OGM et tous les additifs de synthèse sont prohibés. L’éleveur avantage toujours les médecines alternatives pour les traitements.

 

 
Biologique n'est pas synonyme de santé


Par contre,  ce n'est pas parce qu'il y a une étiquette identifiée «biologique» que c'est nécessairement sain et santé! Comme dans toutes bonnes choses, il y a toujours quelqu'un pour profiter du système. Lorsque je fais mon épicerie, il n'est pas rare que je déniche des céréales, des biscuits ou des croustilles, bourrés de sucre ou de sel, qui ne se gênent pas pour afficher fièrement la mention biologique, malgré le fait que ce ne soit pas du tout santé!

Comme je le dis toujours, prenez le temps de bien lire les étiquettes et de vous renseigner!

 

Et moi dans tout ça!?!


Pour ma part, j'essaie de manger biologique le plus souvent possible. Par contre, puisque certains aliments sont plus dispendieux, je n'achète pas toujours organique et je me concentre sur des choix éclairés.

Les pommes, concombres, céleris, tomates cerises, fraises, pêches, nectarines, épinards et j’en passe, sont les fruits et légumes contenant le plus de pesticides. Et bien, ceux-ci, je les prends bio... Par contre, ceux que je peux éplucher comme l'avocat, la mangue et le kiwi, ou ceux qui poussent en terre et qui conservent leur bon goût comme l'oignon et les patates douces, je les prends non biologiques. 

J'espère que j'ai pu vous aider un peu dans vos futurs choix en épicerie, les Super Womances!!


Vicky
Votre naturopathe volubile

 

Crédit photo