Publié le par Andréanne Marquis

Il y a quelque chose qu’on ne fait pas assez souvent, c’est remercier nos parents. C’est grâce à eux que nous sommes là et c’est souvent grâce à eux que nous sommes, ce que nous sommes. L’éducation que mes parents m’ont donnée est de loin une des plus belles choses que j’ai dans ma vie. Mes parents m’ont fait l’honneur de simplement me montrer ce qu’ils sont. Ils se sont mis à nu pour tout nous apprendre. 

Je ne viens pas d’une famille aisée, ni d’une famille pauvre. Je viens de L’Isle-Verte, un petit village bien paisible dans le Bas-St-Laurent, à 5h de Montréal et où aller en ville (Ici on parle d’aller à Rivière-du-Loup) arrive une fois par semaine, c’est pour faire l’épicerie, en profiter pour manger une crème molle et ça, c’est une sortie en soi. Mais c’est une sortie cool.

Toute ma jeunesse, nous allions rarement au restaurant, ce n’est pas le genre de dépenses qui faisaient partie de notre quotidien. Mon père est un as de la cuisine alors anyway, pourquoi dépenser. Mes parents m’ont toujours appris à trouver le bonheur dans chaque petite chose simple. Qu’avec la santé, on peut faire tout ce que l’on veut. Ils n’ont jamais jugé mes projets, mes ambitions. Je n’ai jamais vu dans leurs yeux un soupçon de doutes sur mes capacités à réussir, et ce, même s’ils savaient que j’allais inévitablement échouer par moment. Ils ne me l’ont juste jamais montré parce que pour eux, essayer c’est grandir.

J’ai tout simplement toujours su qu’ils allaient toujours être là, peu importe. Mon meilleur ami, mon père, est aujourd’hui âgé de 65 ans, il habite toujours à L’Isle-Verte et il n’a pas internet. Par contre, quand je lui ai dit que j’allais ouvrir une boutique en ligne, que c’était loin d’être une tâche facile, il m’a dit : « Moi je pense que tu es capable. » Il me dit cela en ayant probablement jamais vu sur un ordinateur ce qu’est une boutique en ligne. Ça, ça vaut plus que tout. Parce que lorsque ça ne va pas, et ça arrive, il est toujours là. Mes parents sont toujours là. À 5h de distance, ils me répètent, chacun leurs tours : « Que tu aies 25 ans ou 40 ans, je vais toujours être là et tu vas toujours être ma fille. » Et ça, quand on a peur, il n’y a rien qui ne fasse plus de bien.

Dans ma famille, nous nous sommes toujours entraidés. Quand un allait moins bien, l’autre en prenait soin, quand un réussit, un autre le souligne. Mes parents ont permis à des petits humains de tomber et de recommencer. En nous apprenant très jeune que rien n’est facile et que rien n’est gratuit, ils ont fait de nous, moi et mes frères, des humains plus que persévérants, forts et indépendants ! 

Je tiens à les remercier d’avoir laissé mes frères me trainer partout, de les avoir  laissé me faire manger de la terre à plus en finir et de tout faire pour que je finisse enfin à ne plus être gênée de pleurer. Aujourd’hui ça fait de moi une sublime One of the Boys. 

Je tiens à les remercier d’avoir permis à un de mes frères d’accéder enfin à l’armée après plus de 5-6 ans de démarches. Sans leur soutien, il aurait surement abandonné bien avant. 

Je tiens à les remercier de nous avoir montré que parfois ça fait mal, mais que c’est pour le mieux. Que parfois on se doit de prendre des décisions qui changeront le cours de notre vie, des décisions qui tueront notre stabilité, mais qui sont nécessaires. Mes parents sont séparés depuis plus de 6 ans et à mes yeux, c’est une preuve de courage. 

Je tiens tout simplement à les remercier d’être eux. Vous me montrez chaque jour de ma vie, qu’être soi-même, c’est vraiment beau. 

Et quand j’aurai des enfants, je leur montrerai tout simplement cela. Que je serai moi et que je serai toujours là.

AM

 

 L'EXCELLENTE PHOTOGRAPHE : Alessandra Jennifer Ross