WW - Avoir une tête de fille à qui on peut tout dire

WW - Avoir une tête de fille à qui on peut tout dire

mars 18, 2016

 

 

Avoir une tête de fille à qui on peut tout dire

 

J’ai quitté le bar vers 1 h du matin, avec dans le corps rien d’autre qu’une bière et deux shooters. J’me suis dit que repartir chez moi sans enfiler une assiette de patates du restaurant libanais serait vraiment mais vraiment un crime. Les patates sont exquises, surtout accompagnées de la mayo à l’ail : tu ressors de là avec une haleine de championne et l’envie de bouffer un paquet de gomme au complet, mais ça en vaut amplement le coup. Je m’affairais tranquillement à diminuer la montagne de patates qui trônait dans mon assiette en styromousse quand la chicane a pogné.

 

J’étais assise à un mètre de la porte de sortie à laquelle je faisais face. Un peu à ma droite, dans un recoin, une fille aux grands cheveux blonds a commencé à crier et à pleurer. En gros, elle était au téléphone et envoyait promener son chum. Ou son ex en devenir, qui sait. Elle ne mâchait pas ses mots : même si j’avais voulu compter le nombre de sacres que j’ai pu entendre et le nombre de noms indécents par lequel elle l’appelait, jamais je n’aurai été capable. 

Ça me faisait halluciner d’assister à cet échange à sens unique. Je me demandais si le gars avait le temps de placer un mot, ce qu’il lui disait quand il en avait l’occasion. Je me demandais le pourquoi de l’engueulade. Je me demandais si j’aurais dû me lever pour aller voir la fille. Mais pour lui dire quoi...? Salut, ça va? Raccroche, y’en vaut pas la peine, va te coucher? 

 

En pleine réflexion, j’ai senti une main sur mon épaule.  Un gars, mi-vingtaine, en chandail noir et en jeans s’est planté dans mon champ de vision. 

«Je peux tu m’asseoir à ta table? Je suis tout seul, pis ça feel pas vraiment.»

Je lui ai répondu que ça me ferait plaisir, que ce serait pas mal plus agréable que d’entendre la fille crier à n’en plus finir. Puis c’est là qu’il commence à me déballer son histoire. 

Le gars était en amour par-dessus la tête avec une fille de dix ans son aîné. Ça ne lui posait aucun problème à lui, puis à elle non plus : chacun acceptait l’autre tel quel. Mais elle, elle ne s’aimait pas elle-même. «Si je m’aime pas, je vois pas comment toi tu pourrais m’aimer et comment moi je pourrais t’aimer comme il faut.» C’est ce qu’elle lui a dit. 

Mais le gars, je vous l’ai dit, il était en amour par-dessus la tête. Il m’a dit ne pas savoir comment lui prouver et, surtout, comment lui faire comprendre qu’il pourrait l’aider à s’aimer. «Comment je fais? Tu ferais quoi toi?»

Ma mâchoire a décrochée. On se connait pas. On se connait pas, mais lui a jugé que j’étais la bonne personne pour l’aider à ce moment-là, pour lui fournir une réponse. 

Pour tout te dire, ce n’est pas la première fois que quelqu’un vient me voir pour se confier. À chaque fois que ça arrive, ça me jette un peu à terre parce que je comprends pas pourquoi. J’ai une aura favorable à ça? J’ai une tête de fille à qui on peut faire confiance? J’ai l’air gentille?

Je me sens un peu beaucoup souvent intruse quand je conseille quelqu’un : je suis qui moi pour dire ci ou ça? Je suis l’experte de rien, surtout pas de l’amour. Tsé la fille qui se fait demander des conseils là-dessus, mais qui n'a jamais été en couple : salut, c’est tellement moi! 

Je sais jamais vraiment quoi répondre, mais j’y vais d’instinct. Si t’as une tête de fille à qui on se confie, prends le et fais du mieux que tu peux. Parce que personne ne peut te reprocher de faire de ton mieuxpersonne. La confiance et l’entraide, je suis d’avis que ce sont deux belles clés qui ouvrent bien des portes, même les mieux cachées. 

Mais des fois, je me demande si quelqu’un aurait pu me le dire un peu plus tôt que j’ai une tête de fille à qui on peut tout dire : je me serais mieux outillée et j’aurais été faire des études en psychologie! ;)P.S. Tu te demandes ce que j’ai répondu au garçon du resto libanais? Voilà ce que je me suis risquée à lui dire : «Dis-lui que tu l’aimes comme tu m’en parles à moi. Le dire franchement, directement, je pense que c’est la meilleure façon de faire. Ça ne laisse pas de place au doute! Montre-lui que tu l’aimes : pas besoin d’artifices, de bouquet de fleurs exotiques ni de resto à 200 $... Les petites attentions au quotidien sont les plus payantes

Pour une fille qui n'a jamais été en couple, pas trop pire j’espère? Que tous ceux qui veulent que je réponde à un courrier du cœur lèvent la main! 

Joke.

 

Maude




Voir l'article entier

WW - 3 façons de célébrer l'automne
WW - 3 façons de célébrer l'automne

octobre 25, 2017

 

J’ai des rituels estivaux, des rituels pour les Fêtes, des rituels de renouveau au printemps… mais mes rituels de l’automne demeurent les plus puissants. Je vous présente donc trois façons très différentes, mais toutes aussi magiques, de célébrer l’automne.

Voir l'article entier

WW- On teste des masques pour le visage… Ça passe ou ça casse! Partie 1 de 2
WW- On teste des masques pour le visage… Ça passe ou ça casse! Partie 1 de 2

octobre 13, 2017

 

 Je suis une fan de masques pour le visage et j’en ai testés beaucoup depuis que j’en utilise. Je vous avoue par contre que ce ne sont pas tous des coups de cœur pour moi, mais tsé, à la quantité que je teste c’est des choses qui peuvent arriver. Certains donnent des résultats super, alors que d’autres ne contribuent pas vraiment à améliorer ma peau.

Voir l'article entier

WW - L'entreprenariat, une question de feeling et d'avocats
WW - L'entreprenariat, une question de feeling et d'avocats

septembre 25, 2017

« S'il y a une leçon à retenir, c'est qu'il ne faut pas avoir d'orgueil et poser toutes les questions qu'on peut avoir », affirme l'entrepreneure. Sa devise personnelle: « Pour aller au top, il faut s'entourer des tops. »

Voir l'article entier