Publié le par Andréanne Marquis

 

 

Pour en finir avec les scénarios imaginaires


Parce que les meilleurs films ne gagnent pas toujours aux Oscars. 

 

J'ai longtemps été le genre de personne qui passe son temps à s'inventer des scénarios dans sa tête. Je rêvassais à propos de tout et de rien, des conversations anodines aux évènements grandioses, en passant par les comebacks et arguments pour une éventuelle dispute... J'ai une éloquence et un sens de la répartie à toute épreuve si je me fie à mes autofictions. 

Je dois admettre que quelques-uns de ces scénarios impliquaient à l'occasion la rencontre d'un mystérieux prince charmant qui tomberait éperdument amoureux de moi. J'avoue aussi que quelques fois, c'était Zac Efron. (Aujourd'hui encore, High School Musical demeure l'un de mes plaisirs coupables préférés.)

Tout ça pour dire qu'une bonne fois, dans le monde réel, est apparu un scénario que je n'avais pas prévu. En vérité, il me surprend un peu plus à tous les jours. Et finalement je me suis rendue compte que j'étais dans le champ avec mes fabuleuses histoires imaginaires. 

Parce que dans la vraie vie, il n'y a pas de feux d'artifices, de coucher de soleil et de jazz band sur appel. Dans la vraie vie, il n'y a pas toujours des belles robes et des beaux costumes, des baisers sous la pluie et des pétales de rose. En fait, dans la vraie vie, on n'a pas besoin de tout ça. 

 

Je ne veux pas d'une vie 5 étoiles, juste un lit avec assez de place pour deux. Les repas gastronomiques aux chandelles, on laisse ça aux autres et on se commande de la pizza à la place – une large à part de ça. On ne sortira pas se pavaner en ville ce soir; mettre des pantalons demande trop d'efforts. On va se contenter de la série du moment en série, comme dans l'expression à la mode. And chill. 

On n'aura pas connu l'amour au temps du numérique, mais on s'en sort plutôt bien. 

Je pense qu'à force d'attendre le scénario (et le protagoniste) idéal, on passe à côté de celui qu'il nous faut vraiment. On ne réussira jamais à cocher toutes les cases de notre liste de critères, mais si on se donne la peine, peut-être que de nouveaux vont s'ajouter. Ils finiront peut-être même par tous les remplacer, sans qu'on ne les ait jamais soupçonnés. La vie a de drôles de façons de nous surprendre. 

J'ai longtemps été le genre de personne qui passe son temps à s'inventer des scénarios dans sa tête. J'ai dû arrêter quand la réalité a fait mieux que mon imagination.

 

Le plus beau des scénarios est celui qui n'a pas fini d'être écrit.  

 

Julie Levasseur